Retour en France

Lever de soleil en Atlantique nord

 

 

Bonjour,

Après 2 mois de confinement à St Martin, nous sommes prêts à traverser l’Atlantique vers les Açores, la météo semble correcte, et le samedi 16 Mai nous levons donc l’ancre vers 9h. Une heure plus tard tout est rangé à bord, la chaine est séparée de l’ancre, rangée et bloquée dans un coffre à l’intérieur, la couchette de veille est installée à babord à côté de la table à cartes, les voiles envoyées, nous sommes sous grand voile avec 1 ris et trinquette et nous avançons bien au près/bon plein avec un vent d’ESE 14 à 18 nds avec des grains. La mer est bien sûr agitée, nous sommes tout de suite dans l’ambiance traversée ! Nous terminons ce 1er jour avec 197 miles au compteur ce qui nous fait bien plaisir, ça bouge mais on va vite! Nous avons pour cette traversée loué les services d’un routeur, Michel Meulnet, afin de minimiser le risque de ne pas voir arriver une dépression derrière nous et aussi d’éviter autant que possible les zones de calme sur la route. Nous regardons nous même également à bord avec l’iridium qui nous permet de charger des champs de vent, les gribs, mais seulement sur une zone restreinte pour éviter les temps de chargement trop longs. Ce routage se révélera décevant, les informations données restant à mon avis trop succintes.

Dernier couché de soleil à St Martin avant le départ
Dernier coucher de soleil à St Martin avant le départ
Oiseaux rencontrés à 2 jours de St Martin
Oiseaux rencontrés à 2 jours de St Martin
Chaveta sous génaker par temps calme.
Chaveta sous génaker par temps calme.
Beau temps au portant
Beau temps au portant
Rencontre au milieu de l'Atlantique
Rencontre au milieu de l’Atlantique
Il fait beaucoup plus frais!
Il fait beaucoup plus frais, on retrouve le plaisir de la soupe!
Physalie, ou galère portugaise, ou méduse à voile!
Physalie, ou galère portugaise, ou méduse à voile!
Lever de soleil
Lever de soleil au près sous trinquette.
Arrivée sur l'Ile de Faïal aux Açores
Arrivée sur l’Ile de Faïal aux Açores

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Nous prenons d’abord une direction au nord de la route directe pour aller chercher des vents plus favorables et éviter les zones de calme plat, mais mardi et mercredi le vent devient faible, entre 4 et 8 nœuds, et nous ralentissons sérieusement! Heureusement nous sortons jeudi de cette zone peu ventée, le vent tourne à l’WSW et nous reprenons un peu de vitesse grâce au spi et au génaker. Le vendredi 22 nous croisons un autre voilier sous spi, le Jovial Tiburon qui passe à 100 mêtres de Chaveta ! Nous discutons à la vhf et prenons des photos que nous convenons d’échanger quand nous serons à Horta. La météo est inhabituelle ce mois de mai sur l’Atlantique nord, et dès la fin de cette journée le vent revient au NNE 14/18 nœuds et nous nous retrouvons avec une mer forte au près serré, bien gités et secoués comme d’habitude à cette allure… Non seulement nous sommes donc au près, mais nous devons tirer des bords, une fois vers le Nord, une fois vers l’Est, car le vent vient précisément de là où nous voulons aller, vers le NE où se trouvent les Açores! Le mercredi 27 en fin de journée le vent mollit à une dizaine de noeuds, et nous finissons par passer la nuit de jeudi à vendredi au moteur avec 3 à 6 nds de vent… Vendredi matin le vent revient de l’WNW 10 puis 15 nds, et nous renvoyons le genaker bien utile dans ces conditions. Dimanche le vent revient au N, puis au NE en fin de journée, nous sommes de nouveau au près mais  avec 8 à 12 nds c’est moins désagréable! Les Açores approchent en même temps qu’une dépression qui s’installe entre les îles et le Portugal et vont occasionner des vents forts sur la zone, entre 28 et 35 nds, nous soignons donc nos réglages pour arriver rapidement à Horta avant ce coup de vent! Lundi 1er Juin, après 16 jours de mer, nous terminons la traversée comme nous l’avons commencée, au près avec 1 ris et la trinquette, le vent monte doucement à 18/25 nds, et à 15 h nous sommes mouillés dans la rade d’Horta, bien abrités par la grande jetée qui va se révéler très efficace avec les 25/30 nds que nous subissons les 3 jours suivants.

Horta
Le mouillage entre la jetée et la marina à Horta
Horta
Horta
Nos anges gardiens, Duarte et Philippe
Nos anges gardiens, Duarte, Philippe et Peter.
Le mouillage avec 25 nds de vent.
Le mouillage avec 25 nds de vent.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         Chaveta est arrivé en parfait état, nous déplorons seulement la panne de l’hydrogénérateur qui a cessé de nous fournir de l’électricité une semaine après le départ, les nombreuses sargasses rencontrées sur toute la traversée, jusqu’à 2 jours avant Horta, ne sont sans doute pas étrangères à ce problème car elles se sont souvent accrochées à son hélice… La traversée a surtout été marquée par une proportion importante de vents contraires, ce sera le lot de la plupart des retours à la voile en France en mai et juin cette année, c’est plus long et plus inconfortable! Nous avons vu assez peu d’animaux marins, quelques pétrels, peu de dauphins qui ne restaient pas plus de 10 minutes autour du bateau, une baleine dont nous avons juste vu le dos à 500 m environ du bateau, et 2 globicéphales peu après le départ, nous espérions plus mais n’étions pas non plus tout le temps dehors à guetter la surface des flots! Par contre nous avons bien sûr effectuer une veille permanente jour et nuit, un peu contraignante à deux, mais de toute façon le vent a rarement été très stable et nécessitait des réglages et changements de voile fréquents.

Maloya
Maloya
Kawann
Kawann
A couple le temps de partager un repas, le bonheur!
A couple au mouillage avec Kawann et Maloya le temps de partager un repas, le bonheur!
Duarte et Philippe
Duarte et Philippe livrent courses et repas chauds

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Par contre les conditions à Horta sont rudes pour les voiliers qui arrivent: Mouillage obligatoire, interdiction de mettre l’annexe à l’eau, on ne peut donc même pas aller voir les amis sur d’autres bateaux au mouillage, et bien sûr interdiction formelle d’aller à terre, la frontière portugaise est fermée jusqu’au 15 juin… Heureusement Peter Café Sport, toujours fidèle à sa légende, continue sa mission d’aide aux plaisanciers de passage. Un gros pneumatique jaune parcoure régulièrement le mouillage pour proposer les plats du restaurant de Peter qu’ils livrent midi et soir, et distribuer les courses qu’ils vont faire tous les après midi après avoir récupéré les listes données par les différents bateaux. Duarte et Philippe ont terminé certaines journées à 23h, ils étaient là 7 jours sur 7 à notre disposition avec le sourire et c’est vraiment grâce à eux que ce confinement strict était supportable, un très grand merci à eux pour leur gentillesse et leur disponibilité et à Peter pour avoir mis en place ce dispositif. Nous espérions pouvoir profiter de cette escale pour nous promener sur cette très belle île de Faïal, ce sera pour une autre fois. Au bout de 4/5 jours dans ces conditions nous avons commencé à regarder la météo pour le retour en France, mais la situation reste particulièrement défavorable avec une série de dépressions qui descendent du nord au sud directement sur la route des Açores au golfe de Gascogne… Nous avons le plaisir de retrouver 2 couples d’amis sur Kawann et Maloya qui arrivent à Horta après une traversée ralentie par des calmes, et nous profiterons de 2 journées de vent faible pour nous mettre à couple et passer 2 après midi ensemble, ça fait beaucoup de bien après 3 semaines sans quitter le bateau! Nous sommes en relation avec Sylvie Guillaume (sailaway.be), une amie qui donne des cours de météo à Bruxelles, elle va nous donner de précieux conseils pour déterminer le meilleur moment pour partir. En effet la météo ne se contente pas d’être inhabituelle, les prévisions changent également très rapidement, mais nous commençons à entrevoir une possibilité de reprendre la mer et après 2 faux départs, nous sommes une dizaine de bateaux à quitter Horta en direction de la Bretagne ce mercredi 17 juin.

Le Pico, plus haut sommet du Portugal avec 2350 m, sur l'ile du même nom.
Le Pico, plus haut sommet du Portugal avec 2350 m, sur l’ile du même nom, juste en face d’Horta.
Le Pico dégagé de tout nuage, c'est très rare.
Le Pico dégagé de tout nuage, c’est très rare.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Nous commençons en douceur avec un vent du Nord de 8/10 nds qui tourne doucement au NW puis à l’W. Nous passons du génois au génaker, puis au génois de nouveau le vendredi quand le vent monte à 20 nds. Samedi nous sommes avec 1 ris et la trinquette car le vent est monté à 20/25 nds. Nous gardons une route vers l’Est pour éviter les vents forts générés par une grosse dépression qui passe assez loin dans notre nord. Samedi soir nous prenons le 2ème ris car la mer devient forte, mais dimanche le vent retombe d’abord à 15 nds, puis à 10/13 nds, la mer reste forte avec une grosse houle de NW. Lundi et mardi nous avançons bien grâce au génaker et nous retrouvons aussi des nappes de brouillard dont on avait oublié l’existence depuis 3 ans! Le vent tombe mardi midi et nous passons l’après midi au moteur, puis vers minuit il revient doucement de Nord et nous continuons avec le génois et une mer qui se calme petit à petit. Jeudi nous sommes proches de la terre, mais le vent est capricieux et nous allons terminer cette étape en alternant sans arrêt génaker et moteur. Le 25 juin à 16h, après 8 jours de mer, nous avons le grand plaisir d’être amarrés dans l’avant port à Port Tudy sur l’île de Groix.

Passage de la pointe Nord de Sao Jorge 3h après le départ
Passage de la pointe Nord de Sao Jorge 3h après le départ
Il ne fait pas très chaud en juin sur l'Atlantique nord
Il ne fait pas très chaud en juin sur l’Atlantique nord!
Coucher du soleil
Coucher du soleil
Et lever 8 h plus tard, sous génaker avec très peu de vent
Et lever 8 h plus tard, sous génaker avec très peu de vent
Tout va bien à bord!
Tout va bien à bord!

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         Cela fait presque 3 ans que nous sommes partis vers le sud, puis l’ouest, et nous sommes ravis d’être aujourd’hui en Bretagne sur l’île de Groix où nous allons passer un moment. Ensuite nous remonterons tranquillement d’abord en Bretagne nord, puis vers Calais où nous devrions arriver fin août pour retrouver nos enfants, petits enfants et amis. D’ici là Il nous reste beaucoup d’amis navigateurs à voir tout au long de ces magnifiques côtes bretonnes, dont beaucoup rencontrés lors de notre périple. Nous espérions ces rencontres quand nous sommes partis mais elles ont été bien au delà de ce que nous imaginions et nous en sommes vraiment très heureux, nous allons maintenant nous attacher à ne pas perdre le contact avec toutes ces personnes dont nous avons eu la chance de croiser la route pendant ces années. Puis nous repartirons sans doute pour des voyages de 4 à 5 mois, les destinations passionnantes ne manquent pas, entre autres Norvège, Ecosse, triangle Madère Canaries Açores. Après un peu d’entretien Chaveta sera prêt à repartir et à nous faire découvrir ou redécouvrir toutes ces régions superbes, on vous en reparlera plus tard!

Chaveta à Port Tudy à son arrivée des Açores
Chaveta au calme à Port Tudy à son arrivée des Açores
Les pontons et le quai des pêcheurs à Port Tudy
Les pontons et le quai des pêcheurs à Port Tudy

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     A bientôt, Pierre-Yves et Mimi à Port Tudy le 4 juillet.

Articles récents

Commentaires récents

Catégories

pycandco Écrit par :

2 commentaires

  1. Mireille
    6 juillet 2020
    Répondre

    C’était super intéressant à lire ! Et ce devait être passionnant à vivre ! J’ai plusieurs questions à vous poser, ce sera pour la fin août si j’ai bien compris. Les photos sont très belles.
    Bises.

  2. claudie
    10 juillet 2020
    Répondre

    Chapeau les amis ! :)
    Merci pour ce nouveau livre de bord , tellement chouette :on s’y croirait !
    on ressent si bien vos impressions dans ces nav’ , il ne manque que l’odeur
    chaude du cake de mimi qui cuit dans le four…
    sympa (et aussi assez incroyable) de voir Chaveta dans le charmant petit port de Port Tudy,
    Back Home , ca nous semble bon de vous savoir plus près.
    à tout bientôt d’arroser cette nouvelle étape du Grand Voyage.
    on embrasse nos bourlingueurs préférés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *