De Cariacou à Pointe à Pitre

Zamana, l’un des plus grands arbres des Antilles (Habitation Céron à la Martinique)

 

Bonjour,

De retour de Calais comme prévu le 15/01, nous retrouvons avec plaisir notre Chaveta bien amarré sur sa bouée au Marin, rien n’a bougé, tout est en parfait état, nous nous réinstallons petit à petit en retrouvant aussi avec plaisir nos amis Marie et Michel qui ont surveillé Chaveta en notre absence. Une fois le génois et la trinquette remis en place et le plein d’eau fait au ponton gaz oil de la marina, nous partons passer le week end au mouillage très agréable de Caritan près de Ste Anne, et lundi en début d’après midi c’est le départ pour Cariacou où nous avons rendez vous mercredi pour sortir le bateau de l’eau. Navigation agréable avec 1ris dans la grand voile et la trinquette, 15/25 nds de vent d’Est, à 8h le lendemain nous mouillons l’ancre à Tyrell Bay et commençons à préparer le chantier à venir.

Les fous de bassan sont revenus !
Les fous de bassan sont revenus !
Chaveta bien calé sur le terre plein du chantier
Chaveta bien calé sur le terre plein du chantier

IMG_5024

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Mercredi matin Chaveta sort de l’eau sur les sangles du travel lift de Tyrell Bay Marina, et à 14h, grâce à l’efficacité des employés du chantier qui ont d’abord calé le bateau bien droit sur le sol, puis nettoyé au Karcher le dessous de la coque, nous pouvons commencer à poncer l’ensemble de la surface située sous la ligne de flottaison avant de pouvoir passer les 3 couches de peintures anti salissures prévues, une par jour, les jeudi vendredi et samedi. Malgré quelques averses tout se passe bien, on s’occupe des détails le dimanche, peinture de l’hélice, changement des anodes, raccords sous les patins, et lundi tout est prêt comme prévu, et le même travel lift remet Chaveta tout propre à l’eau en fin de matinée.  Nous regagnons notre mouillage dans la baie pour profiter au calme du plaisir d’avoir terminé ce chantier dans les meilleurs conditions, un grand merci à Sandrine la responsable de Tyrell Bay Marina qui a rendu tout cela possible avec le sourire, et à un tarif très raisonnable !

Chaveta dans les sangles du travel lift
Chaveta dans les sangles du travel lift
Presque dans l'eau !
Tout propre et presque dans l’eau !
Le mouillage de Tyrell Bay
Le mouillage de Tyrell Bay
Le bar resto du Dive Frog
Le bar resto du Dive Frog où nous avons passé quelques soirées…!

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Mardi 28 janvier, nous commençons notre remontée vers la Guadeloupe où Marion  Baptiste et Louison vont nous rejoindre le 14 février pour passer 10 jours avec nous.   1ère escale à Bequia, navigation au près mais le bateau tout propre va vite, et en début d’après midi nous sommes au mouillage à Admiralty Bay, il y a beaucoup de bateaux mais cette baie est grande et il y a de la place pour tout le monde ! Jeudi départ à 6h du matin pour Ste Lucie, il y a de la route à faire et le vent est irrégulier entre 8 et 15 nds. On passe d’abord sous le vent de St Vincent avec un peu de moteur quand il ne reste plus de vent, bloqué par les reliefs importants de l’île, puis le canal entre St Vincent et Ste Lucie est rapidement avalé grâce aux 15 à 20 nds de vent d’Est, et nous arrivons devant notre escale prévue, au nord de Ste Lucie, Rodney Bay. Nous sommes allés plus vite que prévu, il est 15h, il fait beau, nous décidons finalement de continuer jusqu’à Ste Anne au sud de la Martinique où nous mouillons juste avant le coucher du soleil ! Nous avons fait 95 milles en moins de 12h, tout est calme et nous sommes ravis, Chaveta va toujours aussi vite surtout quand la coque est propre ! Le lendemain Frangaux de Michel et Marie vient nous rejoindre avec leur amis de Galaxie et nous passons là un excellent week end entre baignade, petite rando, marché au bourg de Ste Anne avec terrasses de bistro face à la mer, super glaces dont nous profitons bien et même 1er défilé de carnaval de cette année le dimanche après midi, le tout dans la joie et la bonne humeur…

Le mouillage de Caritan
Le mouillage de Caritan, c’est calme…
Défilé du carnaval à Ste Anne
Défilé du carnaval à Ste Anne

IMG_5070IMG_5075IMG_5081IMG_5087

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Lundi 3 février nous repartons pour St Pierre au nord de la Martinique, petite ville que nous aimons bien malgré le mouillage un peu délicat, il y a peu de place et les bateaux tournent beaucoup car le vent y est très instable et changeant. Tout se passe bien, et nous retrouvons en plus Gejo, Mireille et Vincent que nous avions rencontrés au chantier à Cariacou, avec qui nous passons une bonne soirée à bord de leur Espace 1100 mouillé non loin de nous. Le lendemain nous réussissons à louer une voiture, grâce à Jean Yves, le patron haut en couleur du 1902, et partons non loin de St Pierre à la découverte de l’habitation Céron, superbe domaine en pleine nature avec des arbres exceptionnels et beaucoup de sérénité. Non loin de là mais dans un style très différent, nous visitons la distillerie Depaz, fameux rhum martiniquais renommé, et là encore le site mérite le déplacement ! Les bâtiments sont superbes, modernes mais avec beaucoup de traces des anciennes installations, le parc avec le château assez impressionnants, et nous repartons bien sûr avec quelques bonnes bouteilles à partager avec les amis !

Le mouillage devant St Pierre
Le mouillage devant St Pierre
Un baobab à l'entrée de l'habitation Céron
Un baobab à l’entrée de l’habitation Céron
Une branche du Zamana...!
Une branche du Zamana…!
Dans le parc de l'habitation Céron
Dans le parc de l’habitation Céron

IMG_5140IMG_5144

Le bar au milieu des arbres.
Le bar au milieu des arbres.
Zamana
Zamana
Distillerie Depaz
Distillerie Depaz

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Mercredi, la météo qui commence à être un peu perturbée nous laisse une éclaircie pour rejoindre la Dominique 30 milles plus au nord, là encore beaucoup de bateaux à Portsmouth, les bouées assez nombreuses sont occupées mais nous trouvons une place au mouillage sur notre ancre sans trop de problème, non loin du swann Brendan de Frédérique et Patrice que nous retrouvons avec plaisir. Nous réussissons entre de nombreuses averses et un vent assez fort, souvent entre 20 et 30 nœuds, à faire une belle ballade à pieds le long de la rivière indienne, la végétation a bien repoussé depuis notre dernier passage et l’endroit est très beau et agréable. Belle soirée vendredi au Madiba face à la mer sous la pleine lune, superbe, et le lendemain nous profitons également du grand marché du samedi matin pour acheter fruits et légumes excellents et  peu onéreux à  des Dominicains toujours aussi souriants et accueillants. Heureusement que la baie est bien abritée et les fonds de bonne tenue car de violentes rafales secouent un peu les bateaux, mais tout se passe bien et nous sommes ravis d’être là.

La rivière indienne
La rivière indienne

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Départ dimanche matin, la météo s’arrange (Est 20 nds), et sous 1 ris et trinquette au bon plein nous rejoignons rapidement Marie Galante et mouillons en début d’après midi devant le bourg de St Louis, il y a de la place et tout se passe bien malgré quelques fortes rafales. Le soir même nous assistons à un défilé de carnaval bon enfant et passons une nuit relativement calme même si le site est moins bien protégé que celui de Portsmouth en Dominique. Nous sommes contents d’être dans l’archipel de Guadeloupe à temps pour préparer avec sérénité le séjour de notre fille et de son mari avec leur petite Louison qui s’entraine parait il tous les matins à mettre son masque et son tuba avant son départ vendredi pour Pointe à Pitre ! Mais nous vous raconterons tout cela lors du prochain chapitre…

Carnaval à St Louis
Carnaval à St Louis

IMG_5199

Une des plages de St Louis
Une des plages de St Louis

A bientôt, Pierre-Yves et Mimi à St Louis de Marie Galante

Articles récents

Commentaires récents

Catégories

pycandco Écrit par :

4 commentaires

  1. 12 février 2020
    Répondre

    Génial ! Bises à vous deux. (Puis à vous cinq bientôt !).

  2. CLAUDIE
    29 février 2020
    Répondre

    YOUOU , merci encore P.Y pour votre récit , un bonheur de vous lire et de retrouve
    au travers de ce journal , l’ambiance à bord de Chaveta ,
    Nous rentrons de Colombie ou nous avons d’abord rendu visite à Mathieu notre neveu qui vit à Bogota depuis 3 ans , après quelques incursions en Bus nous avons rejoint la cote caribéenne au nord de Carthagène , l’archipel de san Bernardo :
    peu de bateaux car bp de haut-fonds mais chouette ambiance , assez authentique dans l’ile (microscopique )de Mucura.
    le retour à Calais est un peu dur , ciel bas , temps gris et venteux , heureusement nous avons les flâneries sonores du Channel pour nous égayer !!!!
    nos plus grosses bises à l’équipage de Chaveta

  3. Dominique Mouillac de Toleame
    22 mars 2020
    Répondre

    Merci pour ce beau recit que je viens de lire un peut en retard…
    Bigs hugs a vous deux et en attendant de se prendre vraiement dans les bras,….
    bon confinement…..
    Dom

  4. claudie
    25 mars 2020
    Répondre

    Mercredi : plein soleil (12°)
    Bonjour nos marins préférés !
    Lire les nouvelles de Chaveta est un régal et comme il est bon par les temps qui court d’avoir de vos nouvelles.
    j’adore les commentaires des photos ,surtout les mouillages, car l’observation de la photo est pleinement enrichie des informations données ( » là à droite le ponton pour St Barth « ..là haut le fort » ) c’est chouette , on s’y croirait !(je ziote TOUTavec délice)
    comme c’est bon aussi de vous voir en famille , et aussi quelle chance rétrospectivement que vos retrouvailles au soleil.
    Il y a la déception bien sur de ne pas concrétiser notre projet de Nav’ ensemble , mais dans la situation invraisemblable que nous traversons occupe tellement TOUT que cela passe mieux …
    Comment vous raconter nos quotidiens si singuliers ? je continue de travailler tout comme Arnaud , mais qui lui confine en solo à Paris , pas facile ,mais nos métiers nous permettent aussi de sortir (avec un laisser-passer) ce que très peu de gens sont autorisés à faire finalement .
    Du jamais vu :
    On s’y attendait… mais pas à ce point là !
    d’ici qu’il nous mette des applications avec des données de nos déplacements et de nos rencontres via nos portables… (fait en Chine)
    Un truc de dingue.
    En 8 jours à peine, nous sommes passés d’un régime de libertés publiques protégées à une interdiction du droit de se réunir et un assignement à résidence d’une population entière, sans aucune visibilité sur la date de sortie de ce régime d’exception.(hier soir annoncé encore 4 semaines à ce régime)
    nous sommes passés de l’état de démocratie –( définitivement acquis?), à celui d’exception (sanitaire), dans lequel le Premier Ministre peut — par ordonnance (= sans débat/vote) — décider de supprimer nos droits fondamentaux.(sauf celui de voter hé , hé..)
    Dingue , non ? le 1/3 de l’humanité en confinement (hé oui avec les indiens , ca pèse)
    Bien entendu chacun est convaincu de l’urgence de la situation et de la nécessité absolue de protéger la santé de tous… mais il faut relever la très grande indifférence de la population à ce qui est la plus grande privation de libertés que nous ayons vécue.
    j’en veux beaucoup à l’imprévoyance concernant ce risque qui était connu mais non pris en compte, pour des raisons essentiellement budgétaires , quand on voit la situation actuelle , « bonjour les dégâts »…
    Il y a beaucoup à dire…pourvu que le réveil des consciences opère enfin !
    Nos plus gros baisers virtuels (et encore autorisés)

Répondre à Dominique Mouillac de Toleame Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *