Traversée jusqu’à St Martin

Bonjour,

Le 9 mars nous quittons Mindelo avec de bonnes perspectives météo, l’alizé est bien établi autour de 20 nds et nous enchainons de belles journées entre 180 et 195 milles par 24h. Nous manoeuvrons pas mal, toujours entre 1 et 2 ris, le génois où la trinquette, on ajuste en fonction de la force du vent (entre 13 et 25 nds) et on réduit aussi préventivement un peu plus la nuit pour un repos de meilleur qualité!! Le soleil ne nous quitte guère et il fait toujours plus de 30° dans la journée à l’intérieur du bateau, les nuages sont les bienvenus !! La 2ème semaine le vent tourne doucement de Nord Est à Est, nous sommes donc presque vent arrière et on empanne en fonction des petites variations pour ne pas faire trop de route, on ne peut pas faire de vent arrière, car nous n’avons pas de tangon et nos barres de flèche sont très poussantes sur ce type de gréement.

Coucher de soleil sous génaker
Coucher de soleil sous génaker
Sargasses quelques jours avant l'arrivée
Sargasses quelques jours avant l’arrivée

Sargasses

sous spi au milieu de l'Atlantique
sous spi au milieu de l’Atlantique

Mauvaise surprise, 10 jours après le départ notre belle grand voile en D4 Incidences commence à se délaminer dans sa partie haute, on affale, démonte et répare en remplaçant le taffetas décollé par de l’insigniat, ça tient mais il va falloir s’en occuper sérieusement pour la suite du voyage. Le 22 on est presque arrivé, à une vingtaine de milles au nord d’Antigua, lorsque Chaveta s’arrète, empétré dans un Dispositif de Concentration de Poissons….. Il y a plusieurs grosses bouées coincées au niveau de la quille, je vais dans l’eau essayer de couper les amarres qui tiennent toutes ces bouées ensemble, mais il y a 2m environ de houle, la nuit tombe, et après 1 heure d’efforts je n’ai réussi à couper et enlever qu’une partie du dispositif, soit 4 ou 5 bouées et un gros filet mais il reste 3 à 5 bouées bien coincées autour de la quille… Heureusement on n’est pas immobilisé, et on décide donc d’essayer de rejoindre StBarthélémy pour mouiller dans une baie et finir le travail. Nous passons la nuit à 2,5/3nds, le cross Antilles nous suit avec l’AIS, merçi à eux pour leur présence rassurante et efficace. Le lendemain nous mouillons tout près de Gustavia, et par chance juste à côté d’un cata équipé d’équipements de plongée. 10 minutes plus tard, les 2 personnes à qui nous avons expliqué nos problèmes sont dans l’eau et après 5 minutes sous notre coque enlèvent les 5 (!) bouées qui restaient coincées autour de notre quille !!!

Arrivée à St Barth
Arrivée à St Barth
Mouillage anse de Colombier
Mouillage anse de Colombier

Nous restons 3 jours à Gustavia, ambiance particulière, le niveau de vie est étonnant, certains prix délirants, l’ensemble a beaucoup de charme mais nous sommes attendus à StMartin et après une nuit au mouillage de l’anse du Colombier, très agréable, nous rejoignons St Martin au mouillage de Grand Case. Normalement c’est un endroit très fréquenté mais nous ne sommes que 3 bateaux… Nous descendons à terre, et le choc est immédiat et violent, presque tout est détruit ou endommagé , beaucoup de débris ne sont pas encore déblayés la plupart des magasins ou restaurants sont fermés, nous avons changé de planète…. L’ile redémarre lentement, mais il va falloir beaucoup de temps pour effacer les cicatrices d’Irma. L’ile est par ailleurs étonnante, très cosmopolite, on y parle beaucoup anglais, espagnol, français (!), souvent mélangé au créole, on peut acheter aussi bien en francs qu’en dollars, cela pour la partie française, la partie hollandaise est encore différente…

Mouillage Grand case
Mouillage Grand case
Marigot vers le port de commerce
Marigot vers le port de commerce

mouillage Marigot
mouillage Marigot

Marigot

Il est encore debout !
Il est encore debout !
Marigot et le lagon au fond
Marigot et le lagon au fond

Nous effectuons notre clearance chez le shipchandler « l’ile marine » à l’entrée du lagon côté français, c’est gratuit et tout est disponible, eau, gaz oil, tout cela à côté du mouillage de Marigot que nous avons rejoins. Nous retrouvons Alain et Sophie du voilier « Patago » qui préparent leur bateau pour sa « Longue Route », un tour du monde en solitaire sans escale, commémoration française du cinquantenaire de la longue route de Bernard Moitessier. Ils trouvent le temps de nous faire visiter l’ile qui est vraiment très abimée, la reconstruction commence doucement, ce sera surement long et difficile. Nous passons quand même de bons moments autour de Marigot, mouillage vaste et bien abrité, sauf des vents et de la houle de Nord qui nous chassent un soir vers le port de commerce proche, il y avait de petites déferlantes qui se formait dans le mouillage peu profond ! Après une dernière soirée très agréable ensemble dans un « lolo » de Grand Case nous les laissons finir la préparation de Patago au calme dans le lagon et repartons à St Barth avant de rejoindre Antigua à la fin de la semaine.

Pierre-Yves et Mimi mardi 3 avril dans la baie de Marigot à St Martin

Articles récents

Commentaires récents

Catégories

pycandco Écrit par :

Un commentaire

  1. evelyne dandoy
    1 mai 2018
    Répondre

    vous me faites rêver . C’est magnifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *